A peine sortie du sac fourre-tout-et-surtout-n'importe-quoi de la MC, la nouvelle star de la saison et de la maison a bien voulu se confier à notre journaliste dépêché pour l'occasion dans la cuisine, où il a pu la rencontrer.
Après qu'elle se soit excusée de se présenter en si légère tenue et même pas coiffée - vrai, que vont penser mes futurs admirateurs ? - Mais non vous être très bien comme ça rassurez-vous de nos jours on voit bien pire tenez l'autre jour justement etc. l'interview a pu commencer.
Journaliste : Marie-Loup, que pensez vous de l'extraordinaire aventure qui vous arrive, peut-on dire qu'il s'agit d'un véritable, d'un authentique conte de fées ?
Marie-Loup : J'en suis encore toute retournée ! 
Journaliste : Est-il vrai que la MC- que d'aucuns surnomment oeil-de-lynx mais ne nous égarons pas- vous a trouvée sur les puces de Sommières, aujourd'hui même, au milieu d'un stand de jouets hétéroclite et plus que très bien fourni ?
Marie-Loup : Oui ! C'est exact ! jusqu'à ce matin j'étais prisonnière dans un carton, coincée entre des Barbies ébouriffées, des ours mal léchés, de la dinette cabossée... le tout dans un garage sombre et sombre aussi était mon avenir, car dès que ma maîtresse et son tendre époux venaient au garage, ils jetaient au-dessus du carton la malédiction suprème : si ça ne part pas dimanche, on ira à la déchèterie...
Journaliste : La déchèterie, en effet, Marie-Loup, quelle affreuse perspective ! Heureusement que la MC est passée par là ! Mais oublions cette terrible histoire et penchons-nous sur votre radieux avenir, Marie-Loup, un premier rôle dans un petit spectacle bancal et confidentiel de la MC, tout de même, ce n'est pas rien même-si-ce-n'est-pas-grand-chose
Marie-Loup : Oui ! J'en tremble encore ! J'espère de tout mon petit coeur en plastique que je serai à la hauteur ! 
Journaliste : Avez-vous lu le scénario ? Savez-vous qui seront vos partenaires ? 
Marie-Loup : Heu... J'ai cru comprendre qu'il y aurait des grand-mères, un chien qui dort, un volcan et des loups... D'où le nom que m'a très judicieusement choisi la MC ! Pour le reste je ne sais pas trop et la MC non plus...
Journaliste : Judicieux prénom en effet ! Mais plus rien ne nous étonne venant de la MC et de son incroyable imagination. Tout de même, une grand-mère, des loups... N'avez-vous pas peur, chère, très chère Marie-Loup, de passer à la casserole ? Enfin, je veux dire, des loups, tout de même, on connaît la mauvaise réputation de l'animal ! J'ai moi même un cousin berger qui ...
Marie-Loup : Je vous arrête tout de suite ! On voit que vous ne connaissez pas la MC et son esprit tordu ! Elle ne ferait pas de mal à une mouche. Non, croyez-moi, je vais vers cette création en toute confiance. Les yeux fermés ! même si je ne peux pas les fermer vu qu'ils sont peints D'ailleurs j'ai reçu la bénédiction d'un Saint François de pacotille, celle des trois Parques d'un vieux livre corné et deux vaches en plastique m'ont soufflé dans l'oreille. Vous voyez que je ne crains rien. 
Journaliste : Et bien, chère, très très chère Marie-Loup, nous nous quitterons sur ces bonnes et saines paroles, que Saint François vous assiste, que les loups vous épargnent, que le volcan vous réchauffe les pieds pendant les longues nuits d'hiver et que bonne-maman soit douce avec vous.

C'est ainsi qu'a pris fin cet interview que nous illustrerons illico par les premiers clichés de Marie-Loup dans le plus simple appareil d'une beauté qu'on arrache à un carton de vide-grenier. 

DSC_0001

DSC_0005

DSC_0006

DSC_0010

DSC_0011

Un peu de tricot, un brin de coiffure -voire une coupe radicale- un poil d'accessoires, un wagon d'imagination et, foi de MC, la belle sera prête.