La Mère Castor

12 mai 2015

réforme de l'éducation dans les mares

Ecoute-moi têtard
écoute-moi
j'ai fait pour toi petit veinard
une horloge à caillou qui explique le temps
grâce à moi tu sauras
et seras
le plus savant des enfants de la mare
mais l'ingrat reste coi
- m'a t-il prêté l'oreille, a t-il seulement une oreille ? -
il flagelle boulotte et frétille
en famille
compare ses pattes noires
à celle de son cousin
et attend frémissant qu'il lui pousse un gosier
pour chanter aussi fort que pépé et mémé 
c'est pourquoi le minot n'a jamais su et ne saura jamais
qu'aux Oules fut faite à son usage
une horloge à caillou 
qui marque à traits de craie l'avancement du temps
le soleil montant
les douleurs qui prennent aux genoux
et des cheveux le lent blanchissement 
de celle qui - dans son sac, thym frais, boîte à crayons -
aime les fleurs et la rosée qui mouille
la gribouille sur les rochers
et chanter chanter chanter
aussi souvent que sa mémé.

DSC_0012

DSC_0022

DSC_0030

DSC_0024

DSC_0027

DSC_0088

DSC_0035

DSC_0039

DSC_0050

DSC_0068

DSC_0040

DSC_0051

DSC_0043

DSC_0082

DSC_0083

DSC_0085

DSC_0047

DSC_0090

têtards

 Lecteur qui es tout sauf un têtard, tu auras compris qu'à chaque avancée du soleil j'ai tracé sur l'ombre de la pierre une ligne à la craie, jusqu'à ce que je rentre à la maison pour poser mes godasses trempées et boire un café chaud.
A l'heure qu'il est, il ne doit pas rester beaucoup d'ombre sous la pierre, mais, pour ce qui est des têtards, ils frétillent encore (à moins que le héron ne soit passé par là).

Posté par merecastor à 10:36 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11 mai 2015

tricotage et mouillage

Comment tu fais, toi ?
Parce que moi, je mets dans mon évier (tout neuf, merci Fidel, mon castoramour à moi) de l'eau tiédasse pourpasqueçafeutre, du produit à laine - tu connais un super-produit à laver les cours d'eau ? envoie la pub - et je plonge la rivière dedans.
Séchage au soleil parce qu'il y a du soleil, et hop, sous les pieds des enfants des crèches et autre RAM, l'eau sera fraîche, douce, navigable et favorable aux poissons. 

DSC_0001

DSC_0003

DSC_0005

DSC_0006

DSC_0008

Quand la rivière s'égoutte elle ne chante pas, elle plic-ploc plic-ploc plic-ploc 

Tu vois c'est pas compliqué, si ta rivière est sale, fais comme Mère Castor, lave-la et puis basta.

On a eu famille, alors on a
tapé sur des bambous, traqué la carpe et le cochonnet noir
pesté sur les touristes - l'enfer c'est les autres surtout le samedi en Camargue
savouré la bonne mine du mineur et la beauté fraîche d'une grotte aux eaux claires 
et fait ces choses étranges et fatigantes qu'on ne fait qu'avec les gens de passage. 

Images - peut être - à suivre.

Posté par merecastor à 14:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 mai 2015

météo poitevine

Capture d’écran 2015-05-05 à 15

Posté par merecastor à 15:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2015

bougeotte

étiquette_2

animiramon_3

DSC_0001

DSC_0049

DSC_0153

Là tu trouveras tous les contacts des artistes et plus encore : Un dimanche à Sauve.

 

Posté par merecastor à 16:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mai 2015

l'or des rues, images pour un anniversaire

Avec toi et Fidel, petit coeur, on aurait pu jouer à chercher les drôles de bêtes -chat, cochons, hommes à tête de mouton et oiseaux de toutes sortes -qui ont envahi peu à peu les murs du village, visiter un à un les ateliers et tu aurais aimé comme moi les tableaux lumineux de Fabienne, petite lumière perchée au fond de l'immense Chaussure, vaillamment on aurait monté les escaliers de la maison des Comtes et tu aurais voulu faire de la peinture avec ses pinceaux trouvé les tableaux de Soraya beaux, simples et mystérieux, tu aurais vu Popette consoler Marie Antoinette (j'ai toute ma tête, moi, qu'il a dit en lui serrant l'épaule) tu aurais ri aux bêtises de l'irrésistible fanfare de Cirque en Kit et à l'incontournable grand écart de Viviana, et tu aurais chanté avec nous : Pas - petit pas - pas à pas - l'apparat la paraaaa-de ! tu aurais levé vers les marionnettes géantes ta jolie tête blonde, tu te serais collée à moi comme le petit Victor, la marionnette serait venue te serrer la main et vieille Momette aurait pris la photo, on aurait compté les énormes fleurs qu'Hélène a suspendues partout dans le village et comme tous les enfants tu aurais tiré sur les ficelles, on serait allés dans la maison qui n'existe pas et de sa formidable terrasse tu aurais vu un cheval traverser le Pont Vieux et la danse des hirondelles au-dessus de l'eau, la nuit venue, voyant l'échelle dans le clocher de l'église je t'aurais raconté l'histoire du Roi qui voulait toucher la lune, peut être même que tu serais allée écouter tonton Habstrakt chez Frank, même si c'était très tard et que le Mojito à la menthe du jardin coulait à flots, on aurait vu plein de choses et on aurait parlé à plein de gens, fière très fière je t'aurais présentée à Laure ( l'or de la rue) et à Elisabeth et vous auriez échangé des regards bleu contre bleu, tu aurais vu le ventre rond d'Emilie, le bébé tout neuf de Stéphanie et Xavier, et, dans mon atelier presque rangé pour l'occasion, tu te serais assise à côté de Léo, notre petit voisin, tu aurais écouté avec lui l'histoire des deux maisons, vous auriez joué aux dinosaures et partagé la barquette de fraises que Popette avait apportée, et même si la pluie a un peu gâché la fête de samedi, tu l'aurais illuminée de tes beaux yeux et du soleil de tes cheveux.

DSC_0001 2

DSC_0001

DSC_0003

DSC_0007

DSC_0008

DSC_0009

DSC_0012

DSC_0078

DSC_0081

DSC_0082

DSC_0091

DSC_0105

DSC_0017

DSC_0018

DSC_0024

DSC_0029

DSC_0033

DSC_0034

DSC_0039

DSC_0047

DSC_0040 2

DSC_0040

DSC_0043

DSC_0044

DSC_0048

DSC_0050

DSC_0051

DSC_0054

DSC_0055

DSC_0057

DSC_0059

DSC_0061

DSC_0062

DSC_0064

DSC_0067

cirkenkit_1

DSC_0069

DSC_0070

DSC_0072

DSC_0074

DSC_0075

DSC_0127

DSC_0147

Ce matin j'ai fait de la confiture de fraises et je t'en apporterai un pot quand on se verra, mais en attendant, petite lumière, ma jolie lampe de poche, ma belle et sage et extraordinaire Lucie, je te souhaite un très bon anniversaire de trois ans.

 

(billet à suivre avec des liens vers les sites des artistes et toutes ces choses)

Posté par merecastor à 09:29 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



27 avril 2015

ramène ta fraise

Il a fallu rentrer, j'avais
des souris à dresser 
une fraise à repasser
des photos à classer
et des cris à pousser
en voyant mon jardin qui, du printemps sage et guilleret où je l'avais laissé
a tourné à la jungle en quelques jours...

DSC_0009

DSC_0026 2

DSC_0002

bonne surprise : au Vallard, le décor a changé et on voit même de notre porte un bout de la jolie vallée

DSC_0012

DSC_0014

DSC_0031

DSC_0033

DSC_0025

DSC_0026

DSC_0059

DSC_0029

DSC_0043

DSC_0046

DSC_0075

DSC_0078

plus de tilleul de Sully au pied de l'église de Saint Sauveur la Sagne...
te souviens-tu, Catherine, que nous l'avions découvert ensemble ?

DSC_0083 2

DSC_0084

A Mayres, je suis allée poser sur la tombe de maman un bouquet de chemin, pissenlits - elle qui les aimait tant en salade voilà qu'elle en croque les racines- des violettes comme autant de pensées, des coucous pour lui dire coucou et des pâquerettes pour lui annoncer le retour éternel du printemps. 

Vendredi, samedi et dimanche je serai là :

Affiche-1erMai2015-452x638

 

Capture d’écran 2015-04-27 à 15

le 1er mai, je raconterai chez Dani Michels à 11 heures et à 16 heures, les autres jours je serai dans mon atelier.

 

Posté par merecastor à 11:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 avril 2015

sea sans eau

Haies en fouillis, arbres élévés en liberté, chemins d'étoiles et neiges lointaines, âne aux trois oreilles et petits gardiens entoilés de la maison, rapprochements insolites, vieilleries délicieuses, ici, où le ciel est bien plus grand qu'ailleurs, tout est régal, étonnement, délice et admiration.
Il y a bien - pas d'angélisme, Mère Castor- les escoubilles éparpillées dans les forêts et d'invraisemblables tas de ferrailles, vieux bouts de bois et machines agricoles de grand papa, mais le reste, le reste !  

DSC_0018

DSC_0060-001

 

DSC_0096

DSC_0065-001

DSC_0019

DSC_0068

DSC_0072-001

DSC_0085-001

DSC_0092

DSC_0094

 

Posté par merecastor à 14:48 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 avril 2015

avec vue

DSC_0002

DSC_0009

DSC_0011

DSC_0017

DSC_0021

DSC_0027

DSC_0029

DSC_0030

L'eau est fraîche et les talus fleuris, les veaux nouveaux sont dans les prés, le coucou fait coucou, la vue depuis la maison s'est élargie- bonne surprise de l'année- et le printemps revit puisqu'ici les tulipes, qu'à Sauve j'ai coupées et jetées parce qu'elles étaient fanées, sont en fleurs et le lilas attend son heure.
Venir en Auvergne ce n'est pas revenir en arrière
c'est avancer à rebours dans le temps
en reprendre une tranche, une bouffée, une lichette savoureuse. 
D'autres nouvelles quand ?
Quand on reviendra à la Bilupo d'Arlanc, lieu accueillant avec des livres, des jeux, des dévédés et la Wifi, oui ! 

Posté par merecastor à 17:31 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2015

la mère néant

La môme néant

Quoi qu'a dit ? - A dit rin.
Quoi qu'a fait ? - A fait rin.
A quoi qu'a pense ? - A pense à rin.

Pourquoi qu'a dit rin ?
Pourquoi qu'a fait rin ?
Pourquoi qu'a pense à rin ?

- A' xiste pas.

(Jean Tardieu)

Et pis a part pour le Vallard avec Fidel et le chat dans deux jours, t'as qu'a voir. 

Oui mais avant, a fait avec Fidel un bricolage pour quatre mains, trois arbres, quatre saisons plus une, deux astres, un nuage, des oiseaux et des bêtes des bois en bois, histoire d'offrir à Lucie un cadeau maison pour ses trois ans. 
Chuut, motus et boule de gomme, comme c'est pas pour tout de suite, tu dis rin, hein ?
Rin de rin.

DSC_0004

DSC_0007

DSC_0011 2

DSC_0015

DSC_0017

DSC_0012

DSC_0002

DSC_0007 2

DSC_0010

Posté par merecastor à 18:45 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

05 avril 2015

archéo-logis

Fidel s'est mis en mode Mobalpa, et pour ce faire, il a - entre autres - gratouillé derrière des prises qui étaient là depuis Mathusalem ou presque, dévoilant des petits bouts de papier peint.
Papier à cerise, à pomme, à fraise, posé au temps des chaises hautes, de la floraline au jambon et des gamelles de spaghettis, des gâteaux maison tous les jours, des repas à six autour de la table, de l'atelier de finition juste à côté de la cuisine où je faisais rouler du pied le landau pendant que je dessinais sur des aimants en forme de fraise, de cerise, de pomme. 

DSC_0100

DSC_0104

Temps aussi où, le jour de Pâques, on cachait des oeufs et des poissons en chocolat dans le fouillis du jardin pour que les petits les cherchent. Il en restait toujours un ou deux si bien cachés qu'on ne les retrouvait que plus tard, souvenir terni de ce matin joyeux où cuisaient le gigot, les asperges et les irremplaçables mogettes.

Joyeuses Pâques à tous et qu'on soit croyant ou pas
- ce matin, sur les marches du temple, c'était cheveux blancs embrassant cheveux blancs. Les traditions se perdent, disait Henri Pourrat -  
bon chocolat. 

DSC_0115

Posté par merecastor à 11:04 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,