La Mère Castor

23 février 2015

La fine équipe

Pour faire les mousses au citron avec des spéculoos en p'tits morceaux (spéculoos maison sans gluten) au fond du pot,
il faut des pots.
Pour la petite chose que je suis, il faut grimper pour aller chercher les pots.
Je prends l'escabeau, dis-je tout haut - tu ne dis pas tout haut ce que tu fais ? je m'incline devant ta jeunesse insouciante et éphémère -
L'escabeau de Bourgogne ? demande Fidel 
L'escabeau de Bourgogne est un escabeau en colimaçon, lui réponds-je.

Fidel et moi, on aime les mots en rond et la mousse au citron.

 Là dessus et sans aucun lien, quelques images dont certaines pourraient illustrer une histoire vidourlienne que j'invente au jour le jour, il faut bien s'occuper : 

DSC_0004

DSC_0006

DSC_0008

DSC_0013

DSC_0015

DSC_0023

DSC_0036

DSC_0033

DSC_0027

DSC_0028

La souris jaune a désormais une soeur bleue.
La jaune fut trouvée à la déchèterie, la bleue dans la rue par une copine du village, les deux adoptées par l'amie des trucs encombrants qui ne servent à rien ou pas encore bêtes.

DSC_0031

DSC_0037

DSC_0018

Toi aussi, joue aux images. Tu en prends une, deux ou trois et tu inventes une histoire.
Chiche ?

Posté par merecastor à 17:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 février 2015

clownage

décousue
je déboule
avec des boules
encooooore !
des balles à deux balles et un nez rouge
j'ai fait clown ce week end mais je n'en dirai rien 
clown et reflexion ça fait deux mon neveu 
then Fidel and me (c'était clown franco-anglophone la patronne est norvégienne-pédagogue-charmante hôtesse ça fait de l'air frais) on a fait des balades
balisées trop balisées
jeté un oeil dans des trous inspirés 
un autre au rouge gorge effronté 
un autre
encoooore !
à l'ocre aux messages à la vie comme elle va
et puis j'ai enroulé
la faute au nez rouge aux escargots à ma voisine va savoir
des bouts de fils
cousu
une feuille
encooooore ! 
et au dos du tapis 
un poisson qui mimétise
un poisson rouge poisson clown
poisson cousu
qui fait des bêtises

DSC_0011 2

DSC_0015

DSC_0016

DSC_0017

DSC_0019

DSC_0011

DSC_0013

DSC_0039

DSC_0043

DSC_0034

DSC_0036

DSC_0042

DSC_0045

DSC_0023

DSC_0024

DSC_0028

DSC_0037

DSC_0041

DSC_0046

DSC_0001

DSC_0009

DSC_0006

DSC_0009 2

la visite de ces deux beaux enfants-là, c'était il y a une semaine, déjà une semaine.

Posté par merecastor à 17:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 février 2015

bain à boule

On se promène, on va écouter une conférence sur un château qui a peut être été peut être pas, intéressante ouverture vers la curiosité et le désir d'en savoir plus, rien de catégorique mais des hypothèses, ça fait du bien, il y a plein de monde, on rencontre des vieilles connaissances, on se rappelle alors qu'on a été jeunes, révélation ! au retour on fait un détour pour admirer à Bourboutelle la boule de Roger
c'est beau.

DSC_0006

DSC_0010

DSC_0011

on dort
le lendemain, on fait un petit plein de livres de champignons de chaussures (oh les belles chaussures)
on se promène encore, les panneaux tentent de nous embrouiller mais à nous on ne la fait pas on connaît le chemin

DSC_0021

DSC_0023

DSC_0032

DSC_0034

je promène sur mon tapis le serpent de tricotin qui va où bon lui semble et me pique parfois le doigt de son aiguille inoffensive
je fais goûteuse en tic tac australien et qatari je prends le job très au sérieux je songe à me faire embaucher

DSC_0002 2

DSC_0002

DSC_0014

le chat du voisin a la queue en tricotin

DSC_0019

DSC_0027

DSC_0018

 week-end à thème : les boules

Et chez toi, ça va ?

 

Posté par merecastor à 20:54 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 janvier 2015

espace temps

DSC_0002

DSC_0011 2

DSC_0011

DSC_0019

DSC_0020

DSC_0009

DSC_0010

DSC_0022

occuper les mains, l'espace et le temps.

Posté par merecastor à 19:17 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 janvier 2015

bon-âme

DSC_0013

DSC_0015

DSC_0020

DSC_0021

Il fallait à Monsieur Bonhomme une nouvelle robe,
je lui ai fait.
Avec une poche.
Comme dans une poche on peut mettre quelque chose,
j'ai fait un Petit Bonhomme que j'ai glissé dans la poche.
Comme Monsieur Bonhomme était vraiment laid, vieux, fatigué, au bout du rouleau avec tous ces enfants qu'ils fréquente depuis des années,
peinture écaillée
accessoires pourris
vilaine figure
je lui ai offert une peau neuve, des yeux et des oreilles, deux de chaque, une bouche et un nez.
Dès que Petit B. a été dans la poche de Monsieur B., il a eu envie de se faire la malle et d'aller voir du pays. Il a sauté sans demander la permission pour aller visiter les histoires de sa vieille Mère Castor - ah se dit-elle en son for intérieur car elle a un for intérieur si je pouvais me refaire d'un coup de crochet d'un passage d'aiguille la peau et les oreilles, yeux de lynx, nez au sec et bouche fraîche toujours prête à débiter bobards et salades -
Et c'est ainsi que Monsieur B., à la faveur d'une mue salutaire, s'est vu flanqué d'un petit aventurier dont il ne sait pas encore quoi faire. 
Mais comme Monsieur B. - huissier des histoires pour les tout petits - ne parle pas et reste immobile à écouter les balivernes de la M C, Petit B. sera celui qui fait quand lui, Monsieur B. tu me suis ou quoi ne me dis pas que tu n'as rien compris les tout petits s'y retrouvent très bien - se contente de regarder et d'écouter.

DSC_0016

DSC_0024

DSC_0028

DSC_0030

Monsieur met ses chaussures
Monsieur les lui retire,

Monsieur met sa culotte
Monsieur la lui déchire,

Monsieur met sa chemise
Monsieur met ses bretelles
Monsieur met son veston
Monsieur met ses chaussures :
au fur et à mesure
Monsieur les fait valser.

Quand Monsieur se promène
Monsieur reste au logis

quand Monsieur est ici
Monsieur n'est jamais là

Jean Tardieu (extrait de Monsieur Monsieur)

 

Posté par merecastor à 20:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,



18 janvier 2015

la 9 ème

Samedi, à l'occasion de l'anniversaire de l'Art (c'est le 17 janvier, le savais-tu ?) j'ai vu pour la première fois l'An 01 de Gébé, avec des vrais morceaux de ma famille dedans, dont ce savoureux monologue théâtralement anti-théâtre. Se reconnaîtra qui doit se reconnaître. (bises à Macha et Orphée)

Le soir, prise dans l'irrésistible courant culturelleux du jour, j'ai assisté à la conférence sur le Bad Painting. Drôlement bien. Je reviendrai. Fini la soirée entourée de gens charmants, artistes, amateurs d'ésotérisme, de musique, d'oiseaux et même de complot, villageois ou pas, regroupés -par instant, il faisait un froid de canard- autour d'un brasero comme des grévistes devant une usine occupée. Amusant. Merci à Emma, notre divine voisine, pour l'invitation. 

Comme l'année astrologique chinoise qui vient sera celle de la chèvre, j'ai entrepris de fabriquer une montagne de fruits.
Quel rapport ? soupire le lecteur sourcilleux, coupeur de poil de bique en quatre et amateur d'authentique.
Le rapport ? La chèvre Amalthée et sa corne d'abondance.
Banane.

DSC_0020

DSC_0022

DSC_0023

pomme_1

 

 

Posté par merecastor à 09:50 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 janvier 2015

plumes

(...)" La première chose qu'Allah créa fut le calame, et tout ce qu'il voulait créer, il le dicta à l'instrument. Puis, quand le calame eut commencé d'écrire, Allah créa le ciel, la terre, le soleil, la lune, les étoiles, et la sphère terreste se mit à tourner. "
Tout n'existe donc que pour être raconté ; la Création n'est pas nécessaire, mais nécessaire est le mouvement de la plume qui transcrit les évènements. Celle-ci ne s'arrête jamais ; et tandis qu'Adam devient Moïse, Moïse Jésus, Jésus Mahomet, Mahomet les derniers Sassanides et les califes omeyyades et les abbassides, la plume d'Allah, cette plume que Tabari le dévot se savait être devenu, raconte l'histoire des hommes ; jusqu'à ce que vienne, on ne sait quand, le jour du Jugement et de la fin du monde. S'il faut en croire Bal'ami : "Dieu a créé une ville, dit David, large et longue de douze mille parasanges. En cette cité se trouvent douze mille palais, dans chaque palais douze mille appartements, tous remplis de grains de moutarde. Dans une pièce de l'un de ces palais, un oiseau picore chaque jour un de ces grains ; quand tous les grains auront été mangés, alors viendra le Jugement."
A ce moment, la dernière plume aura fini de couvrir le papier de signes. 
Pietro Citati ; La lumière de la Nuit.

Comme je ne suis pas chienne, je partage avec toi cette page lue hier soir, le dos calé sur mon oreiller à la lavande. Je n'ai sans doute pas tout compris, hormis une chose : On y parle de calame, mais point de calamité.
Et je ne savais pas que les oiseaux goûtaient- avec modération- les grains de moutarde.

DSC_0003

DSC_0006

Quant aux fleurs du jardin, petite lumières hâtives, elles ne sont dues qu'à cet hiver trop doux et souvent gris. 

PS : notre Adam à nous est prié, au lieu de devenir Moïse, de continuer à nous envoyer de l'autre bout du monde des photos rigolotes, oppossum mangeur de poubelle, petit chat trop mignon, déguisement de E.T., tête dans un hublot à la Dupont... Un régal. D'ailleurs nous avons déjà un Moïse, surnom donné à Orphée, son cousin, qu'on avait couché dans un panier à linge à la maternité faute de lit disponible. 

Pour Sabine

possum

 

en bonus, un soupçon d'étymologie : calame, calamité. 

Posté par merecastor à 09:41 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 janvier 2015

des clous

figées sur les berges
de tout bord tout poil et toutes origines 
mélangées
les pierres piétinées
ont manifesté leur fraternité 
au secours
la Mère Castor est de retour
avec ses godillots
sa crinière de vieux canasson
et ses mots à deux balles
au secours 
et alors dit la Castor
j'ai le droit d'aller voir si je suis encore

de cahoter de bredouiller et de claquer
des dents
retrouver la godasse qui veille à ma place
les mares bouche en coeur gelé
les beautés frêles du matin
les peilhes à diamants
les bêtes en bois 
les clous de ma foi
et les chemins qui alignent en silence
des mots sans queue ni tête
ni sens.

DSC_0027

DSC_0031

DSC_0060

DSC_0066

DSC_0088

DSC_0094

 

DSC_0096

DSC_0026 2

DSC_0032

DSC_0052

DSC_0073

DSC_0044

DSC_0012 

DSC_0056

DSC_0047

DSC_0050

DSC_0039

DSC_0042

DSC_0071

DSC_0075

DSC_0095

 

DSC_0013

DSC_0019

DSC_0099

DSC_0034

 

 



 

Posté par merecastor à 12:18 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2015

...il fit une belle question

IMAGINE-TOI qu'au temps jadis, l'Éléphant , ô Mieux Aimée, n'avait pas de trompe. Il n'avait qu'un nez noiraud, courtaud, gros comme une botte, qu'il pouvait tortiller de droite et de gauche, mais pas ramasser des choses avec.
Or, il y avait un Éléphant - un Éléphant tout neuf - un Enfant d'Éléphant - plein d'une insatiable curiosité; cela veut dire qu'il faisait toujours un tas de questions. Et il demeurait en Afrique, et il remplissait toute l'Afrique de ses insatiables curiosités. (...) Rudyard Kipling ; Histoires comme ça.

Pleine d'une insatiable curiosité, telle l'enfant d'éléphant, Lucie, 2 ans et 8 mois, demande à la famille atablée : 
Pourquoi les gens ont peur des gens ?
On a essayé de lui répondre - pas comme l'excellente famille de l'enfant susnommé, sois rassuré - 

DSC_0002

DSC_0003

DSC_0018

DSC_0015

DSC_0019

DSC_0010

La question reste ouverte et toute réponse bienvenue, l'administratrice transmettra et publiera les plus belles.

Posté par merecastor à 10:04 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2015

une vache qui en a

DSC_0096

Hier
Avons fait trois bises à la famillette sur le départ
Sommes allés bader aux puces dans un air tiède, presque incongru, en avons rapporté des livres, une vache mignonne - Je n'avais PAS de vache en peluche posée sur quatre pattes et facile à reconnaître pour les historiettes de la crèche, il me la fallait il me la fallait ! Il me la fallait tant que hop ! à peine y ai-je songé qu'elle est apparue, posée dans un carton avec d'autres mochetés...- une vache donc et des torchons éclatants de mauvais goût
Avons trouvé au magasin quelques citrons bio dont j'ai tiré six pots de gelée
Avons fait tourner les vélos pour goûter un peu plus de cet air de printemps qui s'est révélé être bel un bien un air hiver/infer/nal quand au retour de Quissac on se l'est pris droit devant, bien fait pour nous et nos genoux
Et le soir, devant la télé, j'ai fait à la vache qui n'en avait pas
quatre pis au crochet
comme quoi il n'y a pas que Sabine l'écorcheuse et Sandra l'autopsieuse qui font dans l'anatomique
nom d'une pipe.

DSC_0004

 Impossible d'enlever la fleur qu'elle a dans le trou de nez, tant pis pour le rhume des foins

DSC_0005

DSC_0007

DSC_0114

 

DSC_0010

DSC_0011

Quel début d'année palpitant, te dis-tu, qu'est ce qu'on s'en fiche de la vache du vélo et des confitures, et les voeux, hein, ils sont où les voeux de la MC ?
Et bien, lecteur chéri de 2015, j'ai du mal, vois-tu.
Depuis qu'il nous est apparu que Saint Nicolas n'avait pas été fichu de lever le petit doigt au lendemain de Noël pour sauver trois petits enfants, il m'est malaisé, douloureux, difficile de souhaiter quoi que ce soit à qui que ce soit.
Merci pour tes voeux, lecteur, je les prends et t'en remercie, ça ne fait pas de mal surtout que je les crois sincères, mais pour moi, ça restera comme ça.

Gazette du village :

DSC_0100

1 : Emmanuelle Dupont, brodeuse de talent, est de retour à Sauve
2 : elle travaille debout. Oups.

 

Posté par merecastor à 19:59 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,



Fin »