La Mère Castor

08 octobre 2017

pique et pont

Si là-haut dans la maison elle coule à foison sous un pont de fantaisie
ici-bas l'eau manque cruellement 
craque le sol et craquent sous les pieds
les feuilles
on voudrait faire la danse de la pluie
mais qui 
se souvient des pas, du rythme, de la musique
Alors
je tricote un pull château
un pull muraille entouré d'eau
eau de tricot
et pierres de laine
en attendant que le ciel
bleu cru bleu cruel
rende celle qu'il a bue et re-bue
qu'enfin Vidourle vomisse bouillonne et crache 
qu'elle vienne qu'elle revienne
l'eau cache-cache
se coucher et couler
sous les ponts.

thumb_IMG_0959_1024

thumb_IMG_0974_1024

thumb_IMG_0972_1024

thumb_IMG_0970_1024

thumb_IMG_0960_1024

thumb_IMG_0981_1024

thumb_IMG_0984_1024

thumb_IMG_0983_1024

thumb_IMG_0979_1024

thumb_IMG_1000_1024

thumb_IMG_1002_1024

thumb_IMG_0995_1024

thumb_IMG_0957_1024

lui, c'est l'oncle du chevalier qui... à suivre dans Pépin et Pimpant.

Uncle Habby, notre Adam chéri, tonton de Lucie, Anaïs et Emile, vient passer trois jours à la maison juste au bon moment : c'est la saison des châtaignes -belles malgré la sécheresse- et donc du celèbre gâteau. Mais, si, souviens-toi, celui là, un classique de la maison Castor.

 

Posté par merecastor à 11:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


27 septembre 2017

fish and sheep

Pour faire du troupeau de moutons de Pépin et Pimpant -ce petit spectacle dont tu n'as pas fini d'entendre parler- un irrésistible objet de désir et la cause de la guerre entre les deux châteaux, il me fallait l'étoffer un brin. Lui donner de la consistance.
Depuis le vide-grenier de dimanche, c'est fait. Trois moutons de plus. Trois seulement me diras-tu ?
Etant donné l'espace disponible devant château Pimpant, heureux détenteur du-dit troupeau, trois suffisent, mon atelier ce n'est pas une bergerie non plus. Imagine : Un grand troupeau et voilà le public qui se met à compter les moutons et s'endort devant la Mère Castor toute dépitée. Non non non trois suffiront.
j'en ai profité pour adopter encore deux poissons (alors que j'en ai une boîte pleine, débordante à rendre jalouses toutes les mers de la terre, c'est quoi franchement cette manie d'acheter des poissons même pas beaux ? il faut creuser, chercher dans l'enfance ou dans l'inconscient, dans ces belles zones mystérieuses et profondes comme l'océan... un jour, peut être)
Par ailleurs et en parallèle, je prépare une petite chose appelée Chouette dont le héros est un hibou, paradoxe quand tu nous tiens, et j'ai ressorti l'arbre à hibou, la guirlande de lucioles, le champignon grognon et une vieille lune qui traînait dans un coin.
Et puis
devine ?
avec de la laine et des aiguilles je tricote une chose dont je ne sais pas encore à quoi elle va ressembler, sûrement pas au pull entrevu je ne sais plus où qui m'a donné envie de me lancer. A suivre.
Et bien voilà, ça nous fait comme qui dirait un billet de blog tout ça,
rien que pour toi qui passe par là
rien que pour toi.   

thumb_IMG_0946_1024

un soldat de plus pour Pépin, et hop.

thumb_IMG_0945_1024

thumb_IMG_0913_1024

thumb_IMG_0938_1024

thumb_IMG_0931_1024

thumb_IMG_0934_1024

Pimpant c'est celui qui a les moutons et l'autre c'est Pépin, qui n'en a pas mais qui en voudrait 
la guerre des fois ça tient à peu de chose (et merci à Fidel et à la fée électricité, ça en jette, non ?)

thumb_IMG_0953_1024

thumb_IMG_0956_1024

thumb_IMG_0952_1024

thumb_IMG_0947_1024

thumb_IMG_0881_1024

thumb_IMG_0877_1024

thumb_IMG_0882_1024

sombre revers de château Pimpant, le château du seigneur de l'Ours Noir.

Posté par merecastor à 18:53 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 septembre 2017

et au milieu...

le temps passe
tantôt gris tantôt bleu
je taille des nuages pour montrer les humeurs des châteaux Pépin et Pimpant -comme dans les BD, tu vois ?-
je fais couler entre eux l'infranchissable fleuve
où viendront se désaltérer moutons, soldats, invincible bergère
je plante une forêt de contreplaqué un rosier en plastique des tours de carton
je déclame mes textes, des histoires fortes, sombres, enracinées et cependant pleines de lumière
et je savoure au jardin
couleurs insolites
velours
piquants
pistils et carapaces
derniers feux et fruits de l'été
qui passe, coule et s'en va.

21617535_1983726008530308_9219623176520191736_n

thumb_IMG_0734_1024

thumb_IMG_0726_1024

thumb_IMG_0724_1024

thumb_IMG_0717_1024

thumb_IMG_0798_1024

thumb_IMG_0796_1024

thumb_IMG_0793_1024

thumb_IMG_0761_1024

thumb_IMG_0790_1024

thumb_IMG_0788_1024

thumb_IMG_0822_1024

thumb_IMG_0815_1024

thumb_IMG_0812_1024

thumb_IMG_0805_1024

thumb_IMG_0765_1024

thumb_IMG_0759_1024

thumb_IMG_0755_1024

thumb_IMG_0771_1024

thumb_IMG_0820_1024

thumb_IMG_0758_1024

thumb_IMG_0754_1024

thumb_IMG_0750_1024

thumb_IMG_0738_1024

...coule une rivière.

Posté par merecastor à 13:41 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 septembre 2017

Pépin

L'été ? 
pas de myrtilles - mais des mûres à gogo
beaucoup de famille, un merveilleux mariage sur le thème d'Alice au pays des merveilles - bravo à Esther et Fabien pour cette belle fête
la visite de nos trois petits enfants délicieux, adorables, surprenants
mais peu d'images, pas le temps, pas le temps ! 

Et puis
c'est reparti pour un tour entre crèches, médiathèques et le fameux, le célèbre, l'historique spectacle de Noël de la Mère Castor.
Encore ? Me diras-tu. 
Déjà ? T'écrieras-tu.
Il est temps, te répondrai-je
Son titre : Pépin et Pimpant (avons écarté : Guerre et Paix, déjà pris, et La Guerre des Moutons, trop belliqueux pour Noël)
Le thème : deux châteaux, chateau Pépin et château Pimpant, deux rois qui s'affrontent, un fleuve à traverser, des épreuves à passer, une princesse, une bergère et ses moutons, la légende de Mioritza etc. et Papa Grand Nez pour superviser tout ça.

thumb_IMG_0713_1024

thumb_IMG_0702_1024

thumb_IMG_0697_1024

thumb_IMG_0682_1024

thumb_IMG_0703_1024

Posté par merecastor à 16:14 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 août 2017

Falbala

Le matin je m'en vais marcher, marcher vite, telle est la consigne qu'avec Fidel nous respectons à la lettre, mais à laquelle, quand je suis seule, je fais des entorses
Car de mes pieds agités montent parfois des idées qu'il me faut aussitôt -de peur de les voir se perdre à jamais, feuilles mortes parmi les feuilles mortes, sur les chemins- jeter sur le premier papier venu. 
Urgence ! je m'arrête, me pose sur une pierre plus accueillante que les autres - ici elles sont volontiers pointues et peu hospitalières- et, sortant du sac qui me pendouille à l'épaule un sac papier - ceux de l'épicerie - et un stylo, je note illico presto ce qui m'est passé par la tête. (à la relecture le papier finit souvent dans le sac jaune, celui des déchets recyclables, mais c'est une autre histoire).

thumb_DSCN1603_1024

thumb_DSCN1604_1024

thumb_DSCN1606_1024

L'autre jour, longeant d'un pas rapide un chemin découvert récemment et que j'ai proclamé chemin préféré, j'entends tout près de mon oreille un grognement qui n'est pas celui d'un chien.
Sursaut - transpirante et pleine d'allant j'étais plongée dans des pensées bucoliques à la noix, oh que la nature est belle ah qu'il fait bon se promener toute seule dans les bois tralala- 
Aussitôt, preuve que le bucolique ne vaut rien à la jugeotte, j'ai stupidement fait demi-tour, comme si le sanglier - je n'ai rien vu mais je suppose que c'en était un que je venais de déranger- comme si le sanglier donc - s'il avait voulu me punir par quelque représaille, me courser, par exemple- n'aurait couru après moi que dans le sens de la fin de ma promenade et non pas dans la direction opposée que je venais de prendre. Jugeons qu'il s'en est allé grogner plus loin sans plus se soucier de notre rencontre ratée ni de ma stupidité manifeste de bipède. 
Du coup ma promenade, que j'avais presque terminée, s'est trouvée rallongée de manière considérable, d'un pas plus vif que vif et, tout bucolique évaporé, je n'ai plus considéré ce jour là les buissons que d'un oeil craintif, méfiant voire soupçonneux.
Adieu belles pensées, envolées les envolées scribouillées. Depuis, j'évite le joli chemin préféré, lui en préférant d'autres.
Car la MC est ainsi faite, inconsistante girouette dédaignant du jour au lendemain ce qu'elle avait placé si haut sur l'échelle des sentiers préférés.
On s'en fout, tous les chemins mènent à Rome.

thumb_DSCN1598_1024

pacifique rencontre du jour, un chat double face, caressant et ronronnant, aucune raison de faire demi-tour.

En cherchant sur internet, amusement toujours renouvelé, j'ai trouvé que : Pline l'Ancien relate que les "éléphants sont effrayés par le moindre grognement d'un porc" ah tu vois, y'a pas que moi ! et une histoire de chaudron avec potion magique avec des sangliers dessus, si tu vois ce que je veux dire.

Gundestrupkarret1 (1)

Le chaudron de Gundestrup : à défaut d'aller voir l'original à Copenhague, on peut en voir une copie au musée gallo-romain de Fourvière à Lyon. 

les blogs ? ça se croise ça s'entrecroise
un commentaire ici en suscite un autre là
c'est à n'y rien comprendre à moins de remonter le courant
plus étrange qu'absurde et plus logique qu'il n'y parait
je te parle dans la cuisine tu me réponds au salon mais qu'importe puisque tu me réponds
et c'est pourquoi, ceci expliquant cela, dans les commentaires du billet précédent on parle de Los Angeles et de chevaux
poil au dos.

Posté par merecastor à 14:17 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


30 juillet 2017

la double panne

...le dernier billet date
bon
c'est que, me remplissant les yeux et les oreilles
amassant des souvenirs
à Sauve
Petit Emile aux yeux de biche venu quelques jours avec sa maman 
à Avignon
Antigone, irréductible sirène perchée au-dessus du grand bain de la Cour d'Honneur
L'étrange Fiesta d'Israël Galvan, énergique et sonore démontage de flamenco

170715_rdl_1445

Rokia Traoré, puissante, délicate et magnifique conteuse et chanteuse

170720_rdl_2009

The Great Tamer, générateur d'images fortes

the_great_tamer_5__c__julian_mommert 

(3 photos trouvées sur le site du festival d'Avignon)

Un tour au musée Calvet -Ousmane Sow, Camille Claudel- Emma Dante, ses comédiens tout nus et toutes ces belles autres choses vues et entendues
Les rues les trouvailles des rues - oh la choupinette cuisine ! - 
les chaussures perdues et les amis trouvés
un dîner un spectacle, une fête une autre fête et on recommence
supportant vaillamment un long arrêt d'internet, 
Voilà la double panne : celle de la machine et celle de l'inspiration qui ne prévient pas, dont personne ne sait pourquoi elle arrive ni comment la guérir -
faisant des allers et retours entre Sauve, Nîmes, Avignon du bus du train des bises par bouquet de trois 
tirant de-ci de-là l'aiguille
je n'ai pas vu le temps passer
et
honteuse de cet abandon 
je n'osais plus venir ici
D'ailleurs je repars bientôt
car
à nous vaches, forêts, famille
et myrtilles.
(bon mais là je prends et l'ordi et la résolution de poster de temps en temps un billet depuis la Bilupo d'Arlanc, excellent prétexte pour aller papoter avec la bibliothécaire) 

plus de mots, des photos en méli-mélo :

thumb_IMG_0010_1024

thumb_IMG_0033_1024

thumb_IMG_0037_1024

thumb_DSCN1552_1024

thumb_IMG_0119_1024

thumb_DSCN1567_1024

thumb_IMG_0165_1024

thumb_IMG_0239_1024

thumb_IMG_0112_1024

thumb_IMG_0242_1024

thumb_IMG_0237_1024

thumb_IMG_0274_1024 2

thumb_IMG_0258_1024

thumb_DSCN1554_1024

thumb_IMG_0313_1024

thumb_IMG_0225_1024

thumb_IMG_0234_1024

thumb_IMG_0230_1024

thumb_IMG_0192_1024

thumb_IMG_0173_1024

thumb_IMG_0265_1024

thumb_IMG_0130_1024

thumb_IMG_0200_1024

thumb_IMG_0170_1024

thumb_IMG_0146_1024 

Serge-Aimé Coulibaly 

thumb_IMG_0124_1024

thumb_IMG_0221_1024

thumb_IMG_0312_1024

hein, quand même ! 

thumb_IMG_0319_1024

thumb_IMG_0320_1024

thumb_IMG_0329_1024

thumb_IMG_0198_1024

thumb_IMG_0251_1024

thumb_IMG_0143_1024

Posté par merecastor à 15:03 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 juin 2017

bateau sur l'eau

thumb_DSCN1243_1024

thumb_DSCN1244_1024

thumb_DSCN1247_1024

thumb_DSCN1250_1024

thumb_DSCN1255_1024

thumb_DSCN1275_1024

thumb_DSCN1282_1024

thumb_DSCN1283_1024

thumb_DSCN1289_1024

thumb_DSCN1306_1024

thumb_DSCN1326_1024

thumb_DSCN1332_1024

thumb_DSCN1334_1024

thumb_DSCN1346_1024

thumb_DSCN1357_1024

 

thumb_DSCN1372_1024

thumb_DSCN1387_1024

thumb_DSCN1413_1024

thumb_DSCN1422_1024

thumb_DSCN1453_1024

thumb_DSCN1456_1024

thumb_DSCN1458_1024

thumb_DSCN1465_1024

thumb_DSCN1467_1024

thumb_DSCN1476_1024

thumb_IMG_0510_1024

thumb_IMG_0540_1024

thumb_IMG_0566_1024

thumb_IMG_0569_1024

thumb_IMG_0595_1024

J'ai fait la touriste et j'ai fait maman momette belle-maman, j'ai pris la brume le bateau le métro, j'ai vu des bébés paons des cochons des lamas des oies relous baveuses et voleuses de pique nique, la crèche la fête le défilé/surprise et j'ai vu Madeleine, j'ai repris le métro le RER le train
et le train-train quotidien, les chemins.

(comment aller se promener, arriver aux Tuileries pour voir la fête foraine, et trouver :
1 : du monde, normal pour un week end,
2 : des flics, beaucoup, normal on est en état d'urgence ou un truc dans le genre,
3 : la rue de Rivoli piétonne, plus étonnant, et des drapeaux arc en ciel... arc-en-ciel ? Bon sang ! Elémentaire ma chère Adèle, c'est le jour de la Gay Pride !
enfin comment, protégées par les grilles des Tuileries, nous avons vu une partie du défilé pendant qu'Emile dormait, bienheureux, dans sa poussette. Le détail qui change tout : Adèle portait une tunique à bordure arc-en-ciel) 

Un ami m'a dit que les petits enfants sont le dessert de la vie, il avait bien raison
c'est pourquoi en partie c'est ici le désert
occupée que je suis à penser à Lucie (qui a été malade) à Anaïs (coquinette poussinette mignonnette) et à Emile (le plus chou des babychous).
Mais je n'oublie ni ce petit coin de blog ni mes lecteurs et leurs ventilateurs.

Posté par merecastor à 11:18 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 juin 2017

encore des p'tits trous

 

le matin d'un bon pas je parcours les chemins
Aven, Vache Morte, Mer des Rochers
dans mon sac mouchoirs clé
sécateur, sacs en papier
une feuille et un stylo
parfois le petit appareil photo
je ramasse la plante chasse-diable
je m'arrête. J'écris un poème mirlitontaine mirlitonton
qui parle d'abeille, de mouche et de grillon
je cherche des signes et trouve des cartouches
des barbelés, des chaînes, des cages
dans les buissons une bête - ni pigeon ni tourterelle
qui est-elle ?-
roucoule bas et doux.
Je rentre, mets les plantes à sécher
bois un café
et j'écris ce billet.

thumb_DSCN1120_1024

thumb_DSCN1127_1024

thumb_DSCN1121_1024

thumb_DSCN1123_1024

thumb_DSCN1135_1024

cet arbre bourdonne, bruit, chante et laisse au sol des milliers de petites taches

thumb_DSCN1137_1024

thumb_DSCN1130_1024

Pendant ce temps Fidel, d'un très bon pas, longe les remparts d'Avignon avant d'aller au boulot.
thumb_DSCN1173_1024

C'est le bon moment pour cueillir le millepertuis, une des sept plantes sacrées de la Saint Jean, dite chasse-Diable, et comme, lecteur phytophile, tu ne rechigneras pas à t'instruire un brin, voilà pour toi : 
Les termes scientifiques du Millepertuis, « Hypericum », du grec « hyper » = sur, et « ericos » = image, auraient pour origine le fait qu’on peut voir au travers des petits réservoirs de sécrétion translucides des pétales. Nombreuses sont les légendes tournant autour du Millepertuis. Certaines le présente comme né du sang versé par Saint-Jean-Baptiste ou bien d’une plante que celui-ci aurait cueillie sous la croix du Christ. Quant à son nom vernaculaire Herbe de la St-Jean, il remonterait aux Croisades, au cours desquelles il était déjà utilisé comme cicatrisant des plaies par les médecins et les Frères de l’Ordre de Jean, dont le patron est justement St-Jean-Baptiste. Et d’où viennent les « mille trous » ? Du Diable - qui, jaloux de la force guérisseuse de la plante en a transpercé toutes les feuilles avec son aiguillon! Ce que viennent confirmer les points noirs des glandes oléagineuses qui apparaissent sur les feuilles tenues à la lumière comme autant de coups d’aiguille…Les peuples germaniques voyaient dans le suc rouge que les pétales libèrent au frotter le sang de Baldur, divinité du Soleil qui se sacrifiait à la Terre à chaque solstice de l’été. Plus que toute autre, le Millepertuis est une plante solaire faisant partie des herbes magiques du solstice de l’été : trois jours après celui-ci (le 24 juin), il est gorgé de soleil et est au plus beau de sa floraison et au maximum de son pouvoir guérisseur. En effet, c’est à la St-Jean que la lumière du jour atteint son maximum et que les épousailles du Soleil et la Terre battent leur plein. Cette alliance de la lumière avec la terre, de l’esprit avec la matière est fêtée depuis l’aube des temps. Encore aujourd’hui, les feux de St-Jean illuminent chaque année la nuit du solstice de l’été. 
Un autre pouvoir attribué au Millepertuis est de faire fuir les démons, d’où ses surnoms Chasse-diable ou fuga daemonum. Il suffit de l’accrocher comme autrefois au-dessus des portes et des fenêtres des maisons, des écuries et des étables pour détourner l’orage et le mauvais sort…(www.dr.hauschka.com)

Et pour faire bon poids, un autre lien.

Pour moi je vais essayer d'en faire un macérat huileux, efficace contre les brûlures.

thumb_DSCN1150_1024

thumb_DSCN1152_1024

Je travaille sur les petites bêtes, mais les appareils photos sont au bout du rouleau et il m'est difficile de montrer ce que j'ai préparé, la chenille et son cocon, le palmier dattier, les fleurs/support de toile d'araignée (quand j'aurai trouvé comment faire tenir le bousin) etc.
Enfin je pars quelques jours à Paris la semaine prochaine pour embrasser Amadémile, cette fois sans vertèbre cassée ni bronchite, ni côte fissurée (touche du bois MC) mauvais souvenirs de notre séjour de Noël.
Et puis, bonne fille, je partage avec toi le poème mirliton pour faire chanter le grillon et finir le spectacle sur les petites bêtes, écrit les fesses sur une pierre au bord d'un chemin : 

Mais voilà le soir
le petit ver tout nu 
s'est tu
Ecoute... Le grillon chante
c'est l'heure du papillon gris
l'abeille est rentrée à la ruche
la fourmi a posé son colis
Papillon et coccinelle 
ont replié leurs ailes
plus de cigale plus de mouche
chut !
Dans le calme de la nuit
seule la luciole luit
comme un morceau de soleil
qui veille
qui veille
chut, chut, la terre est endormie

et mes histoires sont finies.

(j'ai modifié, trop de répétitions...)

Ca s'appelle écrire avec les pieds.
Reste à l'apprendre... Dans le train, tiens, pourquoi pas ? 
La bise.

Posté par merecastor à 14:28 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 juin 2017

à la Saint crin-crin

à la Saint crin-crin
quand viennent grain
orage vent tonnerre et pluie
musiciens et musiciennes
rangent dans leurs étuis
les crin-crin
et sortent les parapluies.

thumb_DSC_0001_1024

Saint Crin-Crin et Saint Grain-Grain sont sur un bateau
Saint Crin-Crin tombe à l'eau
qu'est -ce qu'il reste ?
Une photo floue 
à cause du Grain-Grain, un très gros Grain-Grain.

Fidel et moi, déterminés, sommes sortis pour aller écouter les violons populaires
mais n'avons entendu chanter que l'eau qui dégringole et fait des rigoles
comme c'était pas drôle
nous sommes rentrés
et
quand la pluie a cessé n'avons pas eu le courage de ressortir.
On n'est pas des escargots, non plus.

thumb_DSC_0008_1024

thumb_DSC_0013_1024

thumb_DSC_0012_1024

thumb_DSC_0010_1024

Chez la MC, qui dit petites bêtes dit fleurette. Bon, ok, question perles je me suis un peu lâchée et question réalisme tu repasseras - tu sais qu'il me suffit d'appeler une chose chenille pour qu'elle en soit une, une autre chose sera fleur, une autre encore palmier et je re-créerai le monde autant qu'il le faudra car rien ne m'arrête - réalisme donc, bof, mais c'était histoire de me dégourdir les doigts et de voir si j'avais toujours envie de faire n'importe quoi avec n'importe quoi.
La réponse est un oui, franc et massif, je crois bien que c'est reparti.

Et puis on s'en fout, on a reçu ce matin
une carte de Lucie avec un beau dessin
voilà notre journée
ensoleillée.

IMG_20170603_0001

(merci Lucie pour le modèle de feuilles en palmes !) 

Posté par merecastor à 20:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mai 2017

la cour des petits

j'ai vu un chien, un loup de Tchécoslovaquie, dont la ressemblance avec le loup est troublante, hors la douceur de son regard,
un gros serpent qui brillait au bord de la route,
à Saint Rémy de Provence, ville natale de Nostradamus dont je doute fort qu'il ait prédit l'invention des boutiques à touriste, touriste de base -cigales, savon de Marseille, fruits confits et lavande- et son alter ego le touriste bobo -trucs ethniques vendus un bras et kitscheries rigolotes- à Saint Rémy donc j'ai écouté, que dis-je, savouré une divine musique et une boule de glace à l'amande tout aussi savoureuse en agréable compagnie;  
j'ai croisé une irrésistible conteuse au festival de Saint Gilles 
enfin je fais des petites bêtes, thème de trois séances spéciales fin d'année en crèche 
d'où, roulez tambours, sonnez trompettes
la naissance de la chenille en tricot
et de la cigale en origami 
à venir des fleurs, un palmier dattier, un hamac, tout ça pour l'instant dans ma tête...

thumb_DSCN1046_1024

thumb_DSCN1045_1024

écriture en patte de mouches ? En plein dans le thème la MC

thumb_DSCN1057_1024

thumb_DSCN1054_1024

thumb_DSCN1047_1024

thumb_DSC_0002_1024

le jardin fourmille et bourdonne de modèles vivants et pas farouches

thumb_DSCN1052_1024

thumb_DSCN1051_1024

thumb_DSCN1009_1024

thumb_DSCN1007_1024

thumb_DSCN1004_1024

thumb_DSCN1003_1024

thumb_DSCN0998_1024

thumb_DSCN0997_1024

thumb_DSCN0990_1024

impénétrables mystères de la traduction : en provençal, Hoche se dit : Barri o de l'Espitau

thumb_DSCN0995_1024

thumb_DSCN1024_1024

thumb_DSCN1023_1024

thumb_DSCN1019_1024

thumb_DSCN1018_1024

thumb_DSCN1031_1024

Il paraît qu'il y a une brèche quelque part qui engloutit l'eau de Vidourle, résultat : une pénétrante odeur d'algues, des rubalises et des avertissements, un filet d'eau ... Est-ce que finalement, horrible vérité, le fleuve n'en serait pas vraiment un, puisqu'il suffit d'une brèche pour le faire quasiment disparaître ? Ou bien nous fait-il une mauvaise blague ?
Vous ne voulez plus de crues, ok ! pour la peine je fais grève.
Pauvres poissons, canards, hérons, grenouilles et autres aigrettes.

thumb_DSCN1041_1024

j'ai reçu des fleurs pour la saint maman
et
je leur ai cueilli des petites soeurs.

(j'ai supprimé le message la Case-Thor qui se plaçait systématiquement en tête de gondole alors qu'on ne lui avait rien demandé, non mais)

Posté par merecastor à 15:10 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,