il est bien long ce poil au nez Mère Castor
serait-il passé du nez à la main ?
soit disant tu voyages et cependant
point d'images de la plage
pas le moindre coquillage ? 
bah non 

DSC_0100

DSC_0104

DSC_0107

enfin, presque


vu 
une fois mer rageuse, grise, secouant les baigneurs à planches et léchant le remblai
mais MC avait l'oeil sur l'enfant-soleil qui mangeait une crêpe 
- surfers, noirs corbeaux des mers contre badeaux, noirs corbeaux des remblais -
pourquoi tout ce noir ?
une autre fois plage en fin d'après midi, soleil baissant sur enfants jouant, beau, charmant mais bref
bref
pas de sable dans mes souliers
ni pince de crabe puant la marée
mais mission mouette brailleuse accomplie
Alors quoi ?
Ca va, ça va, et toi ?
As-tu trouvé dans la nature quelques raisons de te réjouir ?
Feuilles mortes mourant leur belle mort
technicolor
roses sur le retour
soupirs sur robe pourpré-e
Es-tu allé ramasser - comme Fidel et la Mère - la châtaigne ? En as-tu fait la confiture et le fameux gâteau ?

DSC_0002 2

La forêt généreuse t'a t-elle offert quelques trompettes renommées ?
Et puis quoi ?
Les blogs s'alanguissent, s'évanouissent, se dispersent et bredouillent comme celui-ci même. Nous résistons mieux au passage des saisons que ces petites choses évanescentes et tourneuses autour de nombrils fanés (je parle pour moi, pour toi j'oserais pas)  
Mais je suis encore là, appelle-moi comme tu veux, je n'ai pas lâché ni ce lieu ni l'envie d'y faire encore quelques bricoles.
Alors ? 
Alors ça va, ça va.

DSC_0002

poil à la feuille

DSC_0003

DSC_0009

DSC_0012

DSC_0013

Est-ce pour suivre la mode ou parce que Noël approche ?
Le génie de bois qui veille aux choses de l'autre monde dans un coin du jardin s'est laissé pousser une belle barbe blanche (la barbe à l'oeil c'était quand même pas la peine) qui lui donne un air de griot vénérable.

DSC_0005

DSC_0007

Encore un peu et j'irai l'écouter, respectueuse, l'offrande à la main et les fesses au froid sur l'escalier de pierre, palabrer et déblatérer sur ce pauvre vieux monde déglingué.

En attendant, je te bise, hôte de passage, que la beauté du monde toujours et partout t'accompagne.