il est vrai que le terme "raisonnable" ne s'applique guère, apparemment, à ma façon de concevoir la convalescence - mais y a t-il eu maladie ? Peut-on appeler maladie un petit bris d'os ? - apparemment, dis-je, car si je te raconte mes déambulations et visions enchantées de films et de spectacles, je ne t'ai rien dit de ma brillante participation au concours de la sieste en position surledosavecjusteuncoussinsouslatête à tout heure de la journée, concours qui reste à inventer pour que je le gagne haut la main, ni de ma boulimie de romans anglophones et norvégiens, voire de mon ambition de lire le Conte des Contes fissa fissa (un cadeau de mon cher et tendre Fidel) -le tout en français arrêtons là les championnats- je peux cependant te glisser un mot sur les dernières choses vues, un rafraîchissant trio de spectacles belges appelé XS dans le charmant Jardin de la Vierge du lycée Saint Joseph où la vigne vierge -elle aussi mais cependant langoureuse-ondulait sur le mur du fond tandis que je découvrais comment utiliser une machine à coudre pour faire autre chose que des ourlets de rideau, et Dinamo, un spectacle un brin boulevardier mais cependant touchant et loin d'être ennuyeux (c'est le paradoxe du festival, si on ne s'ennuie pas un peu, voire beaucoup, le spectacle est déclaré facile. Ben moi j'aime aussi le facile bien ficelé bien joué), par contre, attaquée par un falafel sournois, j'ai du rentrer à la maison vite fait (merci Fidel chauffeur) et je n'aurais donc pas vu le spectacle de Preljocaj, tant pis... comme la rumeur ne lui était pas favorable, je ne suis guère décue. Il y a eu aussi -ne nous laissons pas abattre- soirée apéro avec cocktail anglais (à quoi reconnait-on un cocktail anglais ? Il y a du concombre dedans) pluie courte mais salutaire annoncée en grande pompe par des nuages lourds de promesses, bises aux connaissances et discussion à base de clown une partie de la soirée. 

DSC_0021

DSC_0023

DSC_0024

DSC_0029

DSC_0032

DSC_0037

DSC_0045

DSC_0046

DSC_0026

DSC_0027

 

DSC_0042

DSC_0044

 pampres et pampilles

On liquide, on disparait, adieu chapeaux robes de lin et sandalettes, adieu cartons poètes des rues et canicule, rouleaux de printemps du Saïgonnais, adieu festival, encore une semaine de siestes, de romans et de ventilateur avant l'Auvergne.
Ma vie est palpitante ? Mais palpiter, voilà l'important.  

DSC_0049

sur la terrasse, entre le sapin de Noël permanent et la lune, c'est à qui rayonnera le plus fort.