Lecteur savanophile, tu ne verras dans ce billet ni éléphant majestueux, ni girafe grignotant la canopée, ni hippopotame bullant et barbotant, à peine deux crocodiles en cage que je suis allée voir avec Lucie alors que nous étions dans un restaurant au bord du lac Togo, moi tremblante (à mes yeux le crocodile est - nonobstant tout l'amour que je porte aux bêtes de la création Saint François sort de ce corps- une très beaucoup terrible et flippante créature) et elle toute émoustillée à l'idée de voir Monsieur Crocodile, qui nous a fait l'amabilité de s'approcher au plus près (si tu crois que c'est l'heure du repas, cuirasse à hélice, tu te gourres) et auquel Lucie s'est adressé dans un langage inventé et fort convaincant qu'il a écouté sans broncher ni cligner ses yeux verts et froids de prédateur(on aurait dit qu'elle s'essayait à l'Ewé). Heureusement qu'il y avait entre lui et nous les maillles serrées de la cage, brrr. 
Vu des lézards bicolores et pompeurs, quelques oiseaux, des vaches quand nous étions en voiture, des biquettes et des moutons, une poule noire picotant devant la porte de la maison, des poules des coqs des poulets, au Togo on mange souvent du poulet et de délicieuses omelettes au petit déjeuner, des chiens qui se ressemblent tous, des chats maigrelets, des souris géantes et des cafards (morts, ouf) qui l'étaient tout autant.
Par contre la végétation est ébouriffante, splendide, loufoque, extravagante, mais arbres et plantes sont restés pour la plupart anonymes : ou bien les gens ne savaient pas, ou bien ils savaient le nom en Ewé mais pas en français. Pas grave, je ne lâche pas le morceau. Je sais cependant reconnaître le fromager (merci Gaëtan) l'arbre à papaye et l'arbre du voyageur (merci Alice), le baobab et le teck (merci chauffeur de taxi) le cola (celui du Coca-cola selon Aba Aba) et le manguier qui abonde ici.

Assez parlé...

DSC_0018

DSC_0022

DSC_0045

DSC_0136

DSC_0048

 fleurs de plastique, boucle d'arbre, cheval de bois

DSC_0061

une échasse sur la plage de Lomé

DSC_0070

DSC_0072

mangues

DSC_0023

DSC_0025

DSC_0026

DSC_0074

DSC_0076

tout en haut de l'arbre, des nids

DSC_0140

DSC_0144

DSC_0147

DSC_0149

corbeau pie

DSC_0191

DSC_0196

DSC_0211

Monsieur Crocodile

DSC_0222

DSC_0223

DSC_0230

A Agbodrafo, devant la maison des esclaves, le guide nous a fait asseoir sous le manguier pour nous accueillir et nous dire, entre autres, que la venue de toute la famille pour le mariage d'Amah et Adèle était une bénédiction, ce que m'avait déjà dit un commerçant libanais avec lequel j'avais causé famille au grand marché de Lomé.

DSC_0245

DSC_0300

DSC_0310

DSC_0346

DSC_0353

DSC_0356

DSC_0385

un cola à Kuma

DSC_0405

DSC_0415

DSC_0417

papayer

DSC_0438

ce petit coussin de feuilles oublié au sol sert au portage sur la tête, c'est Yves qui me l'a dit

DSC_0443

DSC_0453

DSC_0456

ces gros fruits sont utilisés comme les calebasses

DSC_0482

DSC_0065

DSC_0098

DSC_0101

DSC_0119

DSC_0118

l'Envol à l'heure du goûter

DSC_0523

Enfin, sur le parking de la cascade, j'ai entendu chanter le loriot qui viendra bientôt jouer du flûtiau dans les arbres des bords de Vidourle.