Le cincle le héron l’aigrette

Les canards et la bergeronnette

Les bouvreuils les moineaux

La poule à ras d’eau

Le merle à tire d’aile

Les cormorans en feuilles noires

Vont, chantant plongeant et dessinant des ronds

Echanger la lune qui décline

Contre le soleil engourdi

Qui fait Vidourle en jus d’orange

Arbres songeurs, fumées étranges

Et te pousse

Joues rouges, oreilles étourdies

Vers le village endormi

Quand tes yeux propres, lavés, éblouis

Ont vu du petit lait

Du grand beau

Et en hiver, divers

Les oiseaux.

 

DSCN4201

DSCN4202

DSCN4207

DSCN4210

DSCN4217

DSCN4230

DSCN4215


DSCN4226

DSCN4220

DSCN4231

DSCN4235

DSCN4232

DSCN4236

DSCN4239

(et merde aux espaces entre les lignes, ça fait prétentieux, mais ça bloque)

 Je lis des livres. Beaucoup de livres dans des styles différents. Comme toi, mon lecteur lecteur, n'est-ce pas. Des choses sérieuses, pour le travail ou pas, et d’autres moins et si j’en parle peu, comme de la musique, c’est parce que … je ne sais pas. C’est privé, en quelque sorte. Bref. En ce moment je lis, entre autres, un livre de Fantasy mal écrit, acheté à un jeune auteur local au village le jour du marché de Noël. C’est mon côté Michka, la bonne action, tout ça. Et la curiosité, le soutien à ceux qui osent et se lancent. Et puis il était sympathique, nous avons parlé de Robin Hobb  (je lis de tout, tu vois) qu’il a rencontrée, et son histoire, dans le genre, me plaît bien (n’oublie pas, ami du bon goût, que je me pique aussi de raconter des histoires, alors) Re Bref.
Donc.
Hier, lisant son roman, je suis tombée sur deux petits morceaux réjouissants, deux pépites que j’ai voulu illico partager avec toi :
1 . Le Troll opina du chef.
2 . Sa queue de poisson lui interdisait de monter les marches.

Imagé, délicieux, moi, ça me fait rire, impitoyable je suis. Et toi ?
Cependant je ne me moque pas, et ma sympathie pour le jeune homme reste intacte. Re-Michka.

Et dire qu’on m’arrête dans la rue pour me demander de créer un atelier d’écriture, gloups.