En résumé, il y a celle qui Waouhh (pas encore interprété la signification exacte, tu sais quelquefois d'un département à l'autre déjà les mots articulés n'ont pas le même sens, alors le mystère du waouhh reste entier), ceux qui attendent, celles qui ne savent pas, ceux qui sont tentés, ceux qui cogitent, réfléchissent, se tâtent, relisent un coup ou deux, celles qui signent et celles qui sont mariées (le mari ne lit pas les blogs, hein, dis-moi) les réjouies, les hésitantes, les tâtonneuses et toutes les autres, bref, de quoi remplir à l'aise la galère et s'embarquer (les yeux fermés, même) pour l'aventure.

Mais je dis et répète qu'il ne s'agit pas de signer en lettres de sang un pacte pour l'année, qu'on peut sauter des étapes, jouer une fois et ne jamais revenir, partir trois mois en voyage et puis réapparaître fraîche comme une rose (au hasard) et attraper au vol le pensum du mois en se contrefichant de l'avant et de l'après.

Quant à la façon de faire, c'est comme vous voulez, mais une image ou un texte chaque fin de mois serait agréable, chaque mois augmenté de la partie précédente (s'il y en a une) pour qu'on voit avancer le monstre.

Et sache, lecteur, que la Mère Castor est embarquée au même titre que toi, et qu'à l'heure où elle claviotte ce petit billet, elle n'a pas le bout de la queue de la première idée de ce qu'elle va bien pouvoir faire de ce défi.

Enfin, le mot RACINE, c'était pour poser une base, un début, un point c'est tout.

 

 Information villageoise :

Scan1

 

clic pour voir en grand

Sûr et certain, ça sera passionnant et très bien fait.

Dommage, à la même heure je serai occupée (tu sais, quelquefois je raconte à qui veut bien écouter et même on me paye pour ça) et donc je ne le verrai pas. 

Hier soir, une générale réjouissante au Cratère :  Déjeuner chez Wittgenstein, de Thomas Bernhard, mise en scène de Frédéric Borie, lavage de linge sale entre deux soeurs et un frère, avec vaisselle volante, névroses des familles et caleçons molletonnés, je me suis régalée.

Mention spéciale à Richard Mitou (que nous avions vu et apprécié l'an dernier dans un solo, Radio Clandestine)

C'est tout.