Attraper à Logrian un bout de ciel endiablé
Au jardin trois flocons de neige tombés par hasard
Sur le mur d'une charmante dame une ombre délicate 
Au loin les montagnes douces
Solder les restes de l'automne
Et déposer leurs débris fumants au pied de la première violette
Faire entre les ponts le compte des oiseaux
Une aigrette, un héron et deux solitudes
Des canards bavards en veux-tu en voilà
Pattes maigres et cous à coulisse, trois poules d’eau farouches
Par-dessus le vol noir du cormoran
L’onduleux de la bergeronnette
Et partout des moineaux
petits petits
petits.

DSCN6877

DSCN6883

DSCN6886

DSCN6887

DSC_0019

DSC_0014

DSC_0027

DSCN6876

DSCN6879

DSCN6888

DSC_0015

(re-jouer au serpent de chiffon)

 Je prépare une intervention au Carré d’Art à Nîmes et une autre bien plus intimidante, avec les enfants d’Amaos qui vont démarrer l'écriture d'un conte. De ce nouveau projet je  parlerai sur le blog de la Castorienne. 

DSC_0031

DSC_0022

un fleuve, une grand-mère, une famille de corbeaux etc.

Et le chat con ? 
En hiver, le chat con s'étoffe, prend des airs de matou dessalé mais partage sa gamelle. Le début de la sagesse ?

DSC_0001