Pipette et Molette ont traversé la forêt sans pouvoir vraiment prendre de photos, car la piste est très accidentée et, malgré la prudence de notre chauffeur, la voiture cahote et bouge tout le temps sans jamais s'arrêter.
C'est qu'il s'agit d'aller de Kpalimé à Kuma aller/retour dans la matinée, donc pas de temps à perdre.
On se cramponne, on regarde, au passage on donne un billet à l'homme qui, dit-il, bouche les trous de la route (y'a du boulot mon gars, chaque grosse pluie embarque la terre et tout est à recommencer).
Inutile de dire la beauté des arbres, des plantes, des lianes, des fleurs, de chanter le luxe de ces enchevêtrements, quels mots mettre sur ces merveilles ? Aucun. Savourer, apprécier.

thumb_DSC_0712_1024

thumb_DSC_0732_1024

thumb_DSC_0755_1024

thumb_IMG_1424_1024

thumb_IMG_1481_1024

thumb_IMG_1537_1024

thumb_IMG_1613_1024

thumb_IMG_1618_1024

thumb_IMG_1621_1024

thumb_IMG_1623_1024

Si bananiers, papayers, caféiers sont reconnaissables, Molette, lecteur botaniste et ami des plantes, est preneuse d'autres noms : ces immenses feuilles sont du taro, mais quel est le nom de cet arbre aux feuilles très découpées (et qui fait, semble t-il, des gros fruits avec des piquants) et ces fleurs jaunes ? ces grands arbres aux petites feuilles ? ces petits arbres aux grandes feuilles ? 
Hein ?
Alors ?