J'ai repris les aiguilles
celle à coudre
celles à tricoter
j'avais fait à Paris une promesse à Fidel : dès qu'on rentre, je me tricote un bonnet
- je ne porte jamais ni chapeau ni bonnet, tout au plus une capuche quand il pleut
et à Paris mon écharpe en guise de protège-oreilles : tu ressembles à une pauvre roumaine disait Fidel -
roumains, roumaines ne prennez pas la mouche Fidel est volontiers taquin
promesse tenue : voilà le bonnet tricoté
maintenant reste l'étape suivante : penser à le mettre quand je pars en promenade
et là...
c'est pas gagné.
quant aux boules, forte de vos conseils savants et éclairés, j'ai commencé à les assembler en spirale pour faire un tapis rond et moelleux
et c'est juste ce qu'il me faut en ce moment
du moelleux pour os en vadrouille et dos en compote.

DSC_0167

DSC_0170

DSC_0171

DSC_0172

DSC_0175

DSC_0176

DSC_0178

Merci à Dani Michels, talentueuse couturière experte en recyclage de matière textile, qui m'a fourni le matériau pour remplir toutes ces boules, de gros écheveaux de laine impossibles à démêler - démêler ne me fait pas peur mais là, non ! - que j'ai coupés
en bouts en bribes et en morceaux
tant pis pour eux
tant mieux pour moi et tant mieux pour les boules.