Avec toi et Fidel, petit coeur, on aurait pu jouer à chercher les drôles de bêtes -chat, cochons, hommes à tête de mouton et oiseaux de toutes sortes -qui ont envahi peu à peu les murs du village, visiter un à un les ateliers et tu aurais aimé comme moi les tableaux lumineux de Fabienne, petite lumière perchée au fond de l'immense Chaussure, vaillamment on aurait monté les escaliers de la maison des Comtes et tu aurais voulu faire de la peinture avec ses pinceaux trouvé les tableaux de Soraya beaux, simples et mystérieux, tu aurais vu Popette consoler Marie Antoinette (j'ai toute ma tête, moi, qu'il a dit en lui serrant l'épaule) tu aurais ri aux bêtises de l'irrésistible fanfare de Cirque en Kit et à l'incontournable grand écart de Viviana, et tu aurais chanté avec nous : Pas - petit pas - pas à pas - l'apparat la paraaaa-de ! tu aurais levé vers les marionnettes géantes ta jolie tête blonde, tu te serais collée à moi comme le petit Victor, la marionnette serait venue te serrer la main et vieille Momette aurait pris la photo, on aurait compté les énormes fleurs qu'Hélène a suspendues partout dans le village et comme tous les enfants tu aurais tiré sur les ficelles, on serait allés dans la maison qui n'existe pas et de sa formidable terrasse tu aurais vu un cheval traverser le Pont Vieux et la danse des hirondelles au-dessus de l'eau, la nuit venue, voyant l'échelle dans le clocher de l'église je t'aurais raconté l'histoire du Roi qui voulait toucher la lune, peut être même que tu serais allée écouter tonton Habstrakt chez Frank, même si c'était très tard et que le Mojito à la menthe du jardin coulait à flots, on aurait vu plein de choses et on aurait parlé à plein de gens, fière très fière je t'aurais présentée à Laure ( l'or de la rue) et à Elisabeth et vous auriez échangé des regards bleu contre bleu, tu aurais vu le ventre rond d'Emilie, le bébé tout neuf de Stéphanie et Xavier, et, dans mon atelier presque rangé pour l'occasion, tu te serais assise à côté de Léo, notre petit voisin, tu aurais écouté avec lui l'histoire des deux maisons, vous auriez joué aux dinosaures et partagé la barquette de fraises que Popette avait apportée, et même si la pluie a un peu gâché la fête de samedi, tu l'aurais illuminée de tes beaux yeux et du soleil de tes cheveux.

DSC_0001 2

DSC_0001

DSC_0003

DSC_0007

DSC_0008

DSC_0009

DSC_0012

DSC_0078

DSC_0081

DSC_0082

DSC_0091

DSC_0105

DSC_0017

DSC_0018

DSC_0024

DSC_0029

DSC_0033

DSC_0034

DSC_0039

DSC_0047

DSC_0040 2

DSC_0040

DSC_0043

DSC_0044

DSC_0048

DSC_0050

DSC_0051

DSC_0054

DSC_0055

DSC_0057

DSC_0059

DSC_0061

DSC_0062

DSC_0064

DSC_0067

cirkenkit_1

DSC_0069

DSC_0070

DSC_0072

DSC_0074

DSC_0075

DSC_0127

DSC_0147

Ce matin j'ai fait de la confiture de fraises et je t'en apporterai un pot quand on se verra, mais en attendant, petite lumière, ma jolie lampe de poche, ma belle et sage et extraordinaire Lucie, je te souhaite un très bon anniversaire de trois ans.

 

(billet à suivre avec des liens vers les sites des artistes et toutes ces choses)