de bûches en embûches
je lâche les chiens de la mémoire
vaillante haut la jambe tête baissée
regarde où tu mets les pieds
j'avance
la goutte dit à l'envers l'avenir de la branche
je trouve au thym frais le teint frais 
et je gronde Vidourle : 
ok tu as fait la vaisselle mais tu n'as rien rangé
il s'en fout il glousse et me répond en mousse 
de bûches en embûches
je salue bien bas
l'épeire en apparat
Ô belle entre les belles je contemple vos perles
et dépose à vos pieds jolis, nombreux, bagués
Ô reine du matin 
mes respects
de bûches en embûches 
je trébuche
rattache mes chimères de chiens 
rattrape le train train
boire un café
faire un billet
et tâcher de broder
illusion de saison
sur tulle gris, laine argentée 
un genre de toile d'araignée.

DSC_0003

DSC_0001

DSC_0088

DSC_0005

DSC_0023

DSC_0024

chanson

DSC_0036

DSC_0012

DSC_0018

DSC_0032

DSC_0033

DSC_0050

DSC_0075

DSC_0077

mousse

DSC_0079

DSC_0090

DSC_0095

DSC_0103

DSC_0109

DSC_0113

Il s'agira de donner l'illusion que le château chiné, abandonné depuis fort longtemps, est le domaine des araignées qui s'y sont installées : 

DSC_0003

DSC_0004

matières, y'a plus qu'à faire.

Titre trouvé pour Noël, c'est .