Chronique bordélique d'une fin de semaine, ou comment rencontrer des célèbrités sans quitter son village : 
Dimanche, Mad in Sauve oblige, rencontré Beyoncé la chienne aux beaux yeux, un cochon apprivoisé, une souris à roulettes, une ancienne élève de théâtre souriante, joyeuse, écouté de la musique avec célébrité BD inside ; avant-hier reçu une amie blogueuse (quel plaisir, quel agréable moment) en visite et acheté deux futures bêtes de scène, hier soir tricoté un arbre, ce matin flingué pour de bon la nappe blanche à taches - tu veux des taches ? tu en auras - Et décidé de la réfection du vieux château chiné dans le cadre d'une opération chef d'oeuvre en péril. Mites : 1 Château : 0.
Et puis, toujours modeste, industrieuse et cavalant après les idées, je mettrai le cap sur les journées du Patrimoine, sur les petits projets encore incertains qui pointent et sur le ènième spectacle de Noël, d'où les arbres en tricot, les bêtes nouvelles, le château rénové et la nappe à taches.

DSC_0004

bêtes de scène

DSC_0013

DSC_0023

deux autres bêtes de scène, dont la très classe chienne Elisabeth

DSC_0032

DSC_0034

Beyoncé la superbe 

DSC_0008

DSC_0040

DSC_0009

DSC_0020

DSC_0026

DSC_0035

DSC_0005

DSC_0016

Pour le jeu des nappes blanches, j'en ai croisé une chez Veron cet été :
euh ? elle sort un fois l'an , sur une des tables pour la fête de l'été .... (j'y étais, avec Fidel et Adèle)
admiré celles de Sabine : là et
imaginé celles de Madame Alfred :
On va s'atteler à la question de la nappe blanche - en attendant, je peux te raconter qu'une quinzaine d'exemplaires chinés dans les brocantes réelles et virtuelles (à des prix défiant toute concurrence) furent amoureusement lavées et repassées par ma sorcière de mère bien-aimée (une authentique sorcière italienne) en fin d'été et déployées sous des dizaines d'assiettes fleuries et dépareillées trouvées dans les mêmes broc' pour égayer les papilles et la soirée d'une joyeuse assemblée - un dîner de soleil, en quelque sorte. 
écouté celles qui n'ont pas de nappes blanches : 
Berthoise : Je n'ai que des nappes de couleur. Et quelles couleurs ? Turquoise, fuchsia, olive, safran. Plein de jolies couleurs.
Marie : Euh ... je n'ai pas de nappe blanche.
Et gardé pour la fin tout ce que Lucie pourrait bien faire d'une nappe blanche si des fois elle venait chez sa Momette ! Momette ! Momette ! (c'est comme ça qu'elle me cause dans le poste quand on skype) : Lucie, une nappe blanche, elle en fait tour à tour (telle un derviche) : une mémère, une robe de princesse, une cAverture, une turbulette pour bébé-girafe, un chapeau, un "petit paquet", une jooooolie surprise pour maman (hoooooo !), un lit, une cabane, une tente ...
Explication de texte : une mémère est une couverture tricotée à la main, si possible par momette, avec plein de couleurs et qui sert à emballer tout un petit monde de poupées et de peluches, quand ce n'est pas Lucie elle-même (dans ce cas, on dit qu'elle fait sa mémère, ceci expliquant cela)
Une nappe mienne : 

DSC_0044

DSC_0045

DSC_0047

DSC_0050

Il y en a une autre, là haut dans la maison, qui couvre pudiquement le matériel Habstraktien pour cause de concerts en Australie et en Nouvelle Zélande, afin de protéger le dit matériel de la poussière. Et encore une dans l'armoire. Une ou deux...

Quant à toi, si tu es encore là, tu peux jouer aussi à : Qu'as tu fait de ta nappe blanche ? Si tu veux.