DSC_0022

ma p’tite godasse m’a dit
penche-toi 
écoute la chanson triste de la sirène du passé
assassinée
et de son chevalier 
en grenouille métamorphosé
ils ont fait long feu 
l’un dort en pièces
détachée sa cuirasse 
et détachées ses pattes qui font sur le rocher
tache
l’autre a perdu la tête
là son chignon 
là ses tresses
emmêlés et battus par les ronces
pauvre raiponce
là encore
sa chaussette archi-sèche
regarde
l’arbre coupable
l’arbre assassin qui dévore
leurs pauvres restes
regarde
on ne pourra jamais recoller leurs morceaux
j’ai compris que j’y ai dit 
c’est pour ça que Vidourle est plein de salade 
plus de sirènes pour les manger
c’est ça c’est ça qu’elle répond aussitôt
en matière de salades
toi et moi et Vidourle
la belle équipe que voilà
c’est kif 
et kif 
et bourricot.

DSC_0001

DSC_0042

DSC_0003

DSC_0012

DSC_0002

DSC_0020

DSC_0025

DSC_0015

 

DSC_0006

DSC_0031

DSC_0033

DSC_0051

DSC_0055

DSC_0057

DSC_0059

DSC_0061

Dans la Mer des Rochers s'installe peu à peu un sentier d'interprétation, belle promesse dont on attendrait au fond peu de choses si les promoteurs n'avaient confié à mon talentueux voisin, Stéphane Gantès, la réalisation d'une oeuvre qui évoque le passage de Vidourle souterrain sous les pieds des promeneurs.
Il n'en a installé que la moitié, car il doit laisser le passage aux véhicules qui iront faire je ne sais pas où je ne sais pas encore quoi, mais le résultat est magnifique, sensible, discret et cependant bien visible, comme tout ce que fait Stéphane, poète, artiste, ferronnier et bien d'autres choses, en tout cas un excellent voisin.

DSC_0014

DSC_0017

DSC_0019

DSC_0020

DSC_0005

et pendant ce temps, en douce, les Oules ne font rien qu'à copier l'artiste.