Mais le meilleur était à venir.
Ce jour là
si le car et le maître, Marcelle les enfants et le monde entier m'avaient oublié
si j'avais pu rester entre les fleurs et les plantes 
les potagers les arbres en espalier 
le linge séchant interminablement, les yeux sur le rucher l'oreille au mouton noir et aux vaches écossaises, 
j'aurais même accepté de dormir dans la chambre hantée car chambre hantée il y a dans ce Paradis,
j'aurais ranimé les foyers endormis, appris le restant de ma vie à carder, filer, faire le fromage, égrainer le mais et le faire griller, pétrir, boulanger, traire la vache le derrière sur un petit tabouret articulé, l'hiver en traîneau l'été en sabots,
dans la brume sous la neige et la pluie
adieu soleil du midi
si j'avais pu
Quelle journée épatante, commencée sous la brume, continuée au soleil, à courir d'une maison à l'autre, à tout découvrir et tout admirer, la boîte à sel et le pot à choucroute, le landau choupinet monté sur un traîneau, le chaudron à comté, la maie la cardeuse la mesure pour le grain, même s'il a fallu parfois tirer les vers du nez des enfants, qui, devenu vauriens pour l'occasion, ont vaillamment creusé, porté des seaux, pétri à pleines petites mains sable, eau argile et paille pour monter un bout de mur en torchis, élément indispensable à la construction des plus anciennes maisons du Musée des Maisons Comtoises de Nancray, musée de plein air où toutes les maisons ont porte ouverte, jardin fleuri, arbres fruitiers et plein d' histoires à raconter.
J'ai bien essayé de nous perdre, moi et le groupe d'enfants qui m'avait été confié, mais les petits malins sont très doués pour lire un plan... (c'est par là, Christine ! Par là ? Bon, si tu le dis, on y va)

DSC_0288

DSC_0291

DSC_0297

DSC_0292

DSC_0293

DSC_0294

DSC_0298

DSC_0300

DSC_0304

DSC_0306

DSC_0308

DSC_0309

DSC_0310

DSC_0312

DSC_0314

DSC_0316

DSC_0317

DSC_0319

DSC_0323

DSC_0333

DSC_0326

DSC_0329

DSC_0332

DSC_0334

DSC_0335

DSC_0346

DSC_0347

DSC_0367

DSC_0371

DSC_0352

DSC_0372

DSC_0375

Le soir, les Alwati, costumés et accessoirisés comme il se doit, sont venus montrer les gestes de la vie d'autrefois, cardant, brodant, filant, égrainant le maïs et les chansonnettes, taillant des sabots, faisant le rémouleur, le joueur de vielle à roue et fabriquant une corde, une toupie, distribuant des sablés aux gaudes et faisant participer les enfants qui les ont écoutés bouche bée, des gens charmants, jamais pédants, à la fois sérieux et malicieux, qui ont clos d'une bien agréable façon cette délicieuse journée. 

DSC_0379

DSC_0404

DSC_0389