DSC_0010

DSC_0011

Nez au sol (la distance est fort courte de l'un à l'autre) Mère Castor ramasse tout ce qui brille et traîne sur le trottoir ou dans le caniveau. Fidel, lui, rapporte du travail deux tomates par ci, une poignée de pommes de terre ou des prunes dans le fond d'un sac par là, à croire qu'il rentre des champs au son de l'Angélus pour manger sa soupe et tremper son pain comme dans un conte de Pourrat.
On cuisine les trouvailles de l'un et on aligne sur la table celles de l'autre, pour voir, pour rien. Tout est dit dans ces cueillettes improvisées, à l'un l'esprit pratique et le moteur pour faire tourner la maison, à l'autre les pécadilles et les fanfreluches.
Complémentaires, voilà tout.
DSC_0001

DSC_0030

DSC_0040

Hier, après nos retrouvailles pour thé glacé et ours fleuri avec Véronique,  vu au festival Théâtr'enfants la Femme aux allumettes.
De beaux moments de chant, mais le propos est confus, la scénographie sans grand interêt, et le tout génère un léger malaise et un ennui diffus. Peut être que cette création demande à être re-travaillée (toi-même, Mère Castor).

DSC_0017

DSC_0021

DSC_0008

DSC_0010

à Avignon, le platane est roi, un si grand roi que celui du Plan de Lunel, s'il caresse la lune, a du mal à tenir dans un petit appareil photo

DSC_0037

DSC_0028

DSC_0024quand le Palais a fait le plein de soleil et d'or, il se dédore et  s'endort, bercé par les clameurs des spectacles du dedans, du dehors

DSC_0043

DSC_0054

DSC_0045

DSC_0052

chat2

des promesses, des mots doux et un chat debout

Le soir, dans la cour d'Honneur du Palais, vu Le Maître et Marguerite (lis, tout est dit bien mieux que je le ferais) de Simon McBurney,  grandiose, admirablement interprété, mise en scène parfaite et puissante dans ce lieu si grand et difficile à habiter.  D'ailleurs un Monsieur, descendant la rue de la République jonchée des restes du jour, disait à sa compagne (et laissait tomber par mégarde dans l'oreille de Mère Castor, ce qui prouve ou qu'elle n'est pas aussi sourde qu'on le croit, ou que le Monsieur parlait fort) sur la scène finale : on aurait dit l'écroulement du Walhalla. Bien vu.

DSC_0065

DSC_0068

DSC_0059
Ce fut cependant long, très long, d'ailleurs j'ai piqué du nez à deux ou trois (quatre ? tu crois ?) reprises, avec mistral donc gla gla, mais, surprise finale, une fois rentrée à l'appartement j'ai su que Fidel était là, à quelques sièges de moi, sans que j'en sache rien. Chouette, on a papoté sur le spectacle tout frais, si bien que la nuit fut courte, très courte. 

DSC_0023

DSC_0077

préparatifs pour le 14 juillet, ça va jeter !