Nous, Reine Petite et
nous,
petits crayons de poussière
brun et vert de terre
jaune et noir loriot
violet violette
vert algues vert d’eau et bleu comme les yeux
de Lucie
avons procédé à la visite du domaine
au marquage des niveaux
au salut à l’escargot
aux réparations nécessaires
au fleurissement éphémère
ne laissant derrière
nous
pour l’été
que mares arrangées
signature pour rire
et sur la roche
un semis de feuilles factices
et quelques fausses pistes.

DSC_0187

DSC_0068

DSC_0004

DSC_0044

DSC_0054

DSC_0046

DSC_0090

DSC_0104

DSC_0159

DSC_0036

DSC_0086

DSC_0133

DSC_0015

DSC_0096

DSC_0102

DSC_0114

DSC_0066

DSC_0135DSC_0198

DSC_0032

DSC_0138

DSC_0181

DSC_0182

DSC_0191

DSC_0130

DSC_0171

DSC_0030

DSC_0177

DSC_0213

DSC_0216

DSC_0218

escargot

 Intermède : 

Quel est ce fier guerrier en arme qui fixe le ciel d’un œil cruel et déterminé ?
Le jardin serait-il assailli d’ennemis, encerclé de promoteurs aux dents longues qui lorgnent sur le jardin en friche, se voyant déjà arracher les arbres pour construire deux ou trois pimpantes villas qu’ils vendront à prix d’or à des bobos pédants couverts d’enfants mal élevés ?
Que nenni mon ami, la Mère Castor, droite dans ses tongs, armée d’une bonne vieille raquette de tennis, scrute l’horizon palmeresque à la recherche du papillon mortifère.
Ennemie suprême du jardin, la bête immonde n’a de papillon que le nom, oui oui.
Pas de volettement léger de fleur en fleur (ce billet plié en deux qui cherche l’adresse d’une fleur… De qui ? Une fleur à qui trouve), ni ailes poudrées ni délicates antennes. Non, Le fourbe vrombit, n’hésite pas à attaquer l’attaquant, à lui frôler la tête comme un avion de combat, et à éviter le coup droit assassin qui devrait, dans le meilleur des mondes, mettre fin à sa vie de brigand. Hélas, il y a belle lurette que la MC ne fréquente plus les courts de tennis (où son coup droit de gauchère n’a laissé aucun, mais alors absolument aucun souvenir) et elle a beau s’appliquer, c’est toujours la bestiole qui gagne, tudieu, même que si tu osais t’approcher du dit papillon, tu l’entendrais ricaner tout en vrombissant, ce qui produit un affreux bruit absolument décourageant pour le guerrier, fut-il fier et déterminé.
C'est pourquoi, après avoir mouliné tel Don Quichotte affrontant ses moulins, tête basse et raquette pendouillante, il rentre boire un coup d’eau fraîche et s’en va raconter ses exploits sur son blog aussi désert que Paris au mois d’août si on enlevait les touristes.