Avec mon petit sac à perle
Et sa marquise exquise
Je partirai sur le grand Nil
Visiter les oiseaux compter les dynasties
Celle des hippopotames
Celle des crocodiles
Celle des poissons tous enfants du soleil
Je saluerai pour toi la sirène qui sommeille
Sur la rive fertile
À l’ombre verte des palmes bayadères
Qui en leur temps bercèrent 
Arsinoé, Isis, Cléopâtre
La grande Hatchepsout
Et la belle Néfertiti.

DSC_0001

DSC_0011

DSC_0018

en vrai le sac c'est pour aller bader léger (et de bon goût, toujours) dans les rues d'Avignon

DSC_0038

DSC_0027

DSC_0031

DSC_0035

 Courage, Mère Castor et que la crue soit avec toi, pour éviter la surpopulation il te faut faire encore un ou deux mètres de tricot (non non et non, je ne tricoterai pas 6500 kilomètres de laine bleue et verte) des berges en tricotin, un brin de couture et un delta pharaonique.

 Un peu de lecture sur le Nil ?

220px-Nefertiti_30-01-2006

 asterix-et-obelix

 Bravo à Ötli, qui avec son Sphinx, n'est pas tombé loin de la bonne solution, à celles qui ont vu un fleuve dans l'étalage des laines bleues et à Sabine qui a résolu le jeu de mot Neil/Nil et fait le rapprochement avec le projet de contes sur l'Egypte. Pour cela elle  recevra un petit cadeau maison, parti ce matin de la poste de Sauve.