A nous rues, arbres, panier neuf
Le soleil revenu ouvre grand les yeux des murailles
Et fait briller ceux du chemin
Comme la pluie nettoie
Le ciel allume d’impossibles étoiles
Lanternes et balivernes
Au dessus des toits
Le château endormi baigne son pied de pierres
Dans les feuillages toujours verts
Les jours n’ont plus qu’à s’étirer
Secouant la grisaille du passé
Et soufflant sur la vieille poussière de l’année
Usée.

1_janvier_003

1_janvier_032

1_janvier_008

1_janvier_016

1_janvier_010

1_janvier_031

1_janvier_043

1_janvier_054

1_janvier_047

1_janvier_014

Demain, on mange des cailloux.